Go to Top

Budget provincial 2017 : quelques pas en avant pour les francophones de l’Ontario

Toronto, le jeudi 27 avril 2017 – L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) qualifie le budget déposé aujourd’hui comme un pas dans la bonne direction pour les francophones.  Souvent oubliée, la communauté francophone a une place dans le budget 2017-2018 de l’Ontario.

Lors des consultations pré-budgétaires, l’AFO avait demandé que le gouvernement de l’Ontario :

  • octroie un fond de démarrage et d’immobilisation d’au moins 60 millions de dollars sur quatre ans pour la création d’une université de langue française en Ontario ;
  • investisse 8,25 M $ dans le projet de Place des arts du Grand Sudbury ;
  • mette en place un programme de bourses de 2 M$ pour tous les Franco-Ontariens des régions éloignées afin de les encourager à poursuivre leurs études en français au niveau postsecondaire ;
  • restaure le financement de base de la Fondation Trillium à hauteur de 115 M $.

Dans son budget, le gouvernement de l’Ontario a répondu en partie aux attentes de la communauté, notamment sur la question de la bonification du financement de la Fondation Trillium. De plus, le budget annonce un investissement de 3,25 M$ dans le projet de la Place des arts du Grand Sudbury.

« Nous constatons que le projet de création d’une université de langue française est mentionné dans le document malgré le manque de chiffre précis au sujet de son financement », dit le président de l’AFO, Carol Jolin.

« L’AFO est heureuse de l’influence positive qu’elle a pu exercer auprès du gouvernement pour assurer une place aux francophones de l’Ontario dans le budget présenté aujourd’hui, notamment sur le financement de la Place des arts à Sudbury et sur la restauration du financement de la Fondation Trillium.

« Le gouvernement de l’Ontario dit attendre les estimations financières de la création de la future université avant de s’engager formellement dans le projet. Le rapport Le temps d’agir! avait pourtant déjà fait ce travail, estimant à au moins 60 millions de dollars le besoin financier pour la création d’un fonds de démarrage et d’immobilisation. Il aurait été préférable que le gouvernement précise son engagement, mais nous suivrons cette situation de très près au cours des prochains mois », assure M. Jolin.
« La communauté s’attend à un autre investissement provincial de 5 M $ provenant du Fonds du patrimoine de l’Ontario pour compléter la part du gouvernement de l’Ontario, mais ce premier geste annonce un dénouement positif dans ce dossier », conclut M. Jolin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*